AccueilAssurances

VOTRE MÉTIER

VOTRE MÉTIER

Assurance
Réussir la transformation digitale et le développement de nouveaux services

La digitalisation est une révolution que les assureurs ne doivent pas rater :

– les clients aspirent à la mobilité, à des échanges sans papier et adoptent des comportements d’achat non linéaires que les assureurs ne savent pas gérer ;

– la baisse de la rentabilité des activités traditionnelles obligent les assureurs à optimiser leurs coûts sans oublier de renforcer la relation client ;

– le renforcement de la concurrence sur tous les marchés pousse à la transformation du réseau et  des méthodes commerciales habituelles.

Pour réussir la transformation digitale et le développement de nouveaux services, les assureurs doivent :

Engager le virage de la digitalisation

La digitalisation doit permettre de :

  • améliorer la relation client et la performance commerciale,
  • optimiser les processus métier critiques et/ou à forte volumétrie,
  • maitriser les risques opérationnels et réglementaires,
  • améliorer le partage d’information.

Se différencier par le développement de nouveaux services

Depuis quelques années, les assureurs non vie ont renforcé leurs offres dans le domaine des services d’assistance, que ce soit dans les secteurs automobile, santé, habitation, éducation ou dépendance. Les réformes qui devraient être mises en place par les pouvoirs publics pour répondre au défi de la couverture de la dépendance devraient renforcer cette tendance.

Le monde des services, que ce soit la logistique, les techniques d’achats, la mesure de l’efficacité, les méthodes d’efficacité opérationnelle, est ainsi entré dans l’assurance.

Tirer parti des fusions et restructurations

Ce secteur, et en particulier le secteur des mutuelles et institutions de retraites et prévoyance, qui était resté très éclaté, fait l’objet de très nombreuses fusions et rapprochements. Le challenge, au-delà des annonces, est de réellement tirer profit de ces rapprochements afin d’abaisser les coûts de production et de commercialisation, et dégager les moyens à la nécessaire modernisation des plates-formes informatiques.

Adapter la gestion des investissements

Bien sûr, Solvency II impacte très fortement la gestion des investissements, liant intimement la gestion d’actifs, la gestion des risques, l’ALM et les besoins en capitaux propres. Autant de processus et d’outils à mettre en place.

De plus, investisseurs de long terme, les assureurs sont de plus en plus sollicités pour prendre le relai des banques dans le financement de l’économie. A titre d’exemple, de plus en plus d’institutionnels s’intéressent à la titrisation, aux dettes d’infrastructures, … et adaptent leur système d’information et leur organisation en conséquences.

PUBLICATIONS

PUBLICATIONS

Publications

Dernière publication

Assurance emprunteur : la résiliation annuelle adoptée, quel sera l’impact sur le marché en 2018 ?
Publié le 11/12/17
Nombre de pages : 36
Format : PDF

Assurance emprunteur : la résiliation annuelle adoptée, quel sera l’impact sur le marché en 2018 ?

Le marché de l’assurance emprunteur est à l’aube d’une année 2018 mouvementée, marquée par l’entrée en vigueur de la loi sur la résiliation (ou substitution) annuelle.

 

Cette loi a pour objectif de « rebattre les cartes » entre les principaux acteurs de l’assurance emprunteur, et d’établir un nouvel équilibre plus avantageux pour les particuliers. Le sénateur Martial Bourquin (qui a permis d’adopter cette loi), anticipe un impact réel sur le coût de l’assurance emprunteur:

 

« Le marché de l’assurance emprunteur est oligopolistique, entre les mains des filiales des grands groupes bancaires, avec un taux de commissionnement de 40 à 50 euros pour 100 euros de prime, ce qui est économiquement injustifiable. Le droit de résiliation permettra aux titulaires [..] de bénéficier d’assurances moins chères, soit auprès d’un concurrent, soit en obtenant la renégociation de leur contrat. L’argent économisé pourra être réinvesti dans la consommation quotidienne »

 

Pourtant, il ne s’agit pas là de la première loi qui a pour objectif d’ouvrir le marché de l’assurance emprunteur à la concurrence : les lois Murcef, Lagarde et Hamon n’ont pas permis d’infléchir la position des banques sur le marché. Cela nous amène à nous demander quel sera l’impact réel de cette nouvelle loi sur la résiliation annuelle…

 

Afin de vous apporter un éclairage AILANCY sur les enjeux de cette loi, cette étude aborde plusieurs points :

 

- Comment fonctionne l’assurance emprunteur, et pourquoi les acteurs bancaires dominent-ils le marché ?

- Quel est le cadre réglementaire qui encadre l’assurance de l’emprunt ? Et pourquoi la loi sur la résiliation annuelle aurait-elle plus d’impact que les lois précédentes sur le sujet ?

- Comment vont s’organiser les leaders pour consolider leurs portefeuilles, et les challengers pour gagner en parts de marché?

 

Retrouvez la suite de l'analyse à télécharger ici

Auteur(s) :
Guillaume DUPONT
Guillaume DUPONT
Associé
Contacter
Sébastien FAUVEAU
Sébastien FAUVEAU
Senior Manager
Contacter
Rania Errarhib
Rania Errarhib
Consultante Senior
Contacter

Publications associées

EXPERTISE ET RÉFÉRENCES

EXPERTISE ET RÉFÉRENCES

Détail des missions par métier

  • BPCE
  • Groupama
  • Skandia Link
  • CA Predica

Exemples d’interventions

Assistance sur la mise en œuvre du plan d’accompagnement de la montée en compétence des chefs de projet MOA

d'une société d'assurance :
  • Formalisation du guide pratique décrivant les missions et responsabilités d’un chef de projet MOA
  • Préparation du dossier d’accompagnement au changement
  • Création des modules de formation et dispense des formations
  • Préparation et animation du plan de communication sur les actions d’accompagnement prévues par la direction

Etude des possibilités de coopération entre établissements

pour un groupe bancaire mutualiste français de premier plan
  • Analyse et diagnostic de l’existant (processus, organisation, équipes, dimensionnement…), dans les établissements concernés
  • Définition d’un schéma de fonctionnement cible incluant les aspects d’organisation, de process et Systèmes d’informations
  • Réflexion autour de la nouvelle gouvernance de la structure
  • Définition des scénarios de bascule des établissements dans la nouvelle structure
  • Préparation du dossier économique
  • Cadrage de la phase de mise en œuvre

Refonte de la relation commerciale

d'une société d'assurance :
  • Identification des zones de progrès et formalisation des axes d’amélioration en collaboration avec les acteurs du projet
  • Réflexion et recommandation sur les conditions de succès de mise en œuvre des axes d’amélioration

Définition de l’organisation cible

en vue d'opérer une nouvelle offre par une société d'assurance
  • Identification des services responsables des process et mise en cohérence avec l’organisation du Groupe, répartie entre l’Espagne et la France
  • Déclinaison des processus en macro tâches
  • Dimensionnement des équipes

VOTRE MÉTIER

Assurance
Réussir la transformation digitale et le développement de nouveaux services

La digitalisation est une révolution que les assureurs ne doivent pas rater :

– les clients aspirent à la mobilité, à des échanges sans papier et adoptent des comportements d’achat non linéaires que les assureurs ne savent pas gérer ;

– la baisse de la rentabilité des activités traditionnelles obligent les assureurs à optimiser leurs coûts sans oublier de renforcer la relation client ;

– le renforcement de la concurrence sur tous les marchés pousse à la transformation du réseau et  des méthodes commerciales habituelles.

Pour réussir la transformation digitale et le développement de nouveaux services, les assureurs doivent :

Engager le virage de la digitalisation

La digitalisation doit permettre de :

  • améliorer la relation client et la performance commerciale,
  • optimiser les processus métier critiques et/ou à forte volumétrie,
  • maitriser les risques opérationnels et réglementaires,
  • améliorer le partage d’information.

Se différencier par le développement de nouveaux services

Depuis quelques années, les assureurs non vie ont renforcé leurs offres dans le domaine des services d’assistance, que ce soit dans les secteurs automobile, santé, habitation, éducation ou dépendance. Les réformes qui devraient être mises en place par les pouvoirs publics pour répondre au défi de la couverture de la dépendance devraient renforcer cette tendance.

Le monde des services, que ce soit la logistique, les techniques d’achats, la mesure de l’efficacité, les méthodes d’efficacité opérationnelle, est ainsi entré dans l’assurance.

Tirer parti des fusions et restructurations

Ce secteur, et en particulier le secteur des mutuelles et institutions de retraites et prévoyance, qui était resté très éclaté, fait l’objet de très nombreuses fusions et rapprochements. Le challenge, au-delà des annonces, est de réellement tirer profit de ces rapprochements afin d’abaisser les coûts de production et de commercialisation, et dégager les moyens à la nécessaire modernisation des plates-formes informatiques.

Adapter la gestion des investissements

Bien sûr, Solvency II impacte très fortement la gestion des investissements, liant intimement la gestion d’actifs, la gestion des risques, l’ALM et les besoins en capitaux propres. Autant de processus et d’outils à mettre en place.

De plus, investisseurs de long terme, les assureurs sont de plus en plus sollicités pour prendre le relai des banques dans le financement de l’économie. A titre d’exemple, de plus en plus d’institutionnels s’intéressent à la titrisation, aux dettes d’infrastructures, … et adaptent leur système d’information et leur organisation en conséquences.

PUBLICATIONS

Publications

Dernière publication

Assurance emprunteur : la résiliation annuelle adoptée, quel sera l’impact sur le marché en 2018 ?
Publié le 11/12/17
Nombre de pages : 36
Format : PDF

Assurance emprunteur : la résiliation annuelle adoptée, quel sera l’impact sur le marché en 2018 ?

Le marché de l’assurance emprunteur est à l’aube d’une année 2018 mouvementée, marquée par l’entrée en vigueur de la loi sur la résiliation (ou substitution) annuelle.

 

Cette loi a pour objectif de « rebattre les cartes » entre les principaux acteurs de l’assurance emprunteur, et d’établir un nouvel équilibre plus avantageux pour les particuliers. Le sénateur Martial Bourquin (qui a permis d’adopter cette loi), anticipe un impact réel sur le coût de l’assurance emprunteur:

 

« Le marché de l’assurance emprunteur est oligopolistique, entre les mains des filiales des grands groupes bancaires, avec un taux de commissionnement de 40 à 50 euros pour 100 euros de prime, ce qui est économiquement injustifiable. Le droit de résiliation permettra aux titulaires [..] de bénéficier d’assurances moins chères, soit auprès d’un concurrent, soit en obtenant la renégociation de leur contrat. L’argent économisé pourra être réinvesti dans la consommation quotidienne »

 

Pourtant, il ne s’agit pas là de la première loi qui a pour objectif d’ouvrir le marché de l’assurance emprunteur à la concurrence : les lois Murcef, Lagarde et Hamon n’ont pas permis d’infléchir la position des banques sur le marché. Cela nous amène à nous demander quel sera l’impact réel de cette nouvelle loi sur la résiliation annuelle…

 

Afin de vous apporter un éclairage AILANCY sur les enjeux de cette loi, cette étude aborde plusieurs points :

 

- Comment fonctionne l’assurance emprunteur, et pourquoi les acteurs bancaires dominent-ils le marché ?

- Quel est le cadre réglementaire qui encadre l’assurance de l’emprunt ? Et pourquoi la loi sur la résiliation annuelle aurait-elle plus d’impact que les lois précédentes sur le sujet ?

- Comment vont s’organiser les leaders pour consolider leurs portefeuilles, et les challengers pour gagner en parts de marché?

 

Retrouvez la suite de l'analyse à télécharger ici

Auteur(s) :
Guillaume DUPONT
Guillaume DUPONT
Associé
Contacter
Sébastien FAUVEAU
Sébastien FAUVEAU
Senior Manager
Contacter
Rania Errarhib
Rania Errarhib
Consultante Senior
Contacter

Publications associées

EXPERTISE ET RÉFÉRENCES

Détail des missions par métier

  • BPCE
  • Groupama
  • Skandia Link
  • CA Predica

Assistance sur la mise en œuvre du plan d’accompagnement de la montée en compétence des chefs de projet MOA

d'une société d'assurance :
  • Formalisation du guide pratique décrivant les missions et responsabilités d’un chef de projet MOA
  • Préparation du dossier d’accompagnement au changement
  • Création des modules de formation et dispense des formations
  • Préparation et animation du plan de communication sur les actions d’accompagnement prévues par la direction

Etude des possibilités de coopération entre établissements

pour un groupe bancaire mutualiste français de premier plan
  • Analyse et diagnostic de l’existant (processus, organisation, équipes, dimensionnement…), dans les établissements concernés
  • Définition d’un schéma de fonctionnement cible incluant les aspects d’organisation, de process et Systèmes d’informations
  • Réflexion autour de la nouvelle gouvernance de la structure
  • Définition des scénarios de bascule des établissements dans la nouvelle structure
  • Préparation du dossier économique
  • Cadrage de la phase de mise en œuvre

Refonte de la relation commerciale

d'une société d'assurance :
  • Identification des zones de progrès et formalisation des axes d’amélioration en collaboration avec les acteurs du projet
  • Réflexion et recommandation sur les conditions de succès de mise en œuvre des axes d’amélioration

Définition de l’organisation cible

en vue d'opérer une nouvelle offre par une société d'assurance
  • Identification des services responsables des process et mise en cohérence avec l’organisation du Groupe, répartie entre l’Espagne et la France
  • Déclinaison des processus en macro tâches
  • Dimensionnement des équipes